Actus

Le 05/01/2016

La presse en parle !

Voici un article paru le 29 novembre dernier dans le Journal de Saône-et-Loire, s'appuyant sur le Groupe Loriot pour illustrer les grands enjeux des économies d'énergie sur le marché de la construction.

Épervans. - Les bureaux d’études spécialisés dans les économies d’énergie se développent. Dépenser pour économiser 

Avec l’évolution constante des normes de construction relatives à l’énergie, les bureaux d’études spécialisés fleurissent. Zoom sur l’un d’eux, à Épervans, qui fête ses 25 ans.

Clairement, nous sommes perçus par les clients comme une contrainte. Pour certains, c’est même nous qui faisons les réglementations thermiques. C’est sûr qu’on ne vend pas du rêve, mais nous sommes de plus en plus incontournables… ». Cécile Loriot, directrice générale du Groupe Loriot, basé à Épervans et fêtant cette année ses 25 ans, est une femme de conviction.

« Aider les gens à mieux vivre »

« Bien sûr, on peut toujours nous objecter que les normes sont profitables aux bureaux d’études comme le nôtre, mais nous avons un vrai objectif qui est d’aider les gens à mieux vivre dans leur logement. Dans une période où le coût de l’énergie augmente, cela a du sens ».

S’adressant notamment aux particuliers qui construisent ou rénovent leur maison, l’entreprise dit « vendre du savoir ». Un savoir matérialisé par une étude initiale, des conseils concernant les matériaux à promouvoir ou éviter, puis une vérification des travaux à l’arrivée, permettant de délivrer une attestation. « Non seulement les études thermiques sont de plus en plus demandées par les administrations, mais les maisons construites depuis janvier 2013 doivent aussi répondre aux normes de la RT2012, qui imposent une division de la consommation d’énergie par quatre, par rapport aux bâtiments de 2000. Sans conformité, cela rend la vente très compliquée… », indique Cécile Loriot.

Une concurrence « déloyale »

Quoi qu’il en soit, les normes n’ont pas fini de bouger. La prochaine, qui devrait entrer en vigueur entre 2018 et 2020, devrait prévoir que tous les bâtiments neufs soient à “énergie positive”, sans pour autant que soit déjà défini ce qui se cache vraiment derrière ce terme. Une aubaine pour l’environnement, mais aussi pour les bureaux d’études, un microcosme que Cécile Loriot aimerait aujourd’hui voir épuré : « Il y a une concurrence déloyale de plus en plus forte de tous ceux qui se prétendent bureau d’études en profitant du manque de réglementation du secteur. Le problème est que lorsque les gens font des études à la va-vite, au moins cher, ils ont souvent de mauvaises surprises à la fin des travaux, quand les contrôles révèlent de vrais défauts. Pour bien orienter les clients, l’expérience est primordiale dans notre métier ».